Diagnostic

DIAGNOSTIC POSITIF

alsacep sclérose en plaque diagnostic

Il n’existe pas de marqueur diagnostique spécifique de la maladie. Le diagnostic de SEP répond à un faisceau d’arguments. Il est basé sur quatre critères essentiels :

La dissémination spatiale des lésions correspond  à l’atteinte de plusieurs zones du SNC. Elle peut être mise en évidence par l’examen clinique ou par les examens complémentaires en particulier l’IRM, les potentiels évoqués visuels et la ponction lombaire.

La dissémination temporelle des lésions se définit comme la succession d’attaques neurologiques dans le temps (exemple : un flou visuel en 2000 et un trouble de l’équilibre en 2001). Elle peut être recherchée à l’interrogatoire. Elle sera confortée par l ‘existence de signes neurologiques anormaux à l’examen clinique lors des poussées. Si le patient ne fait qu’une poussée, la dissémination temporelle peut être définie par l’apparition d’une nouvelle lésion observée sur une nouvelle IRM réalisée quelques mois après le premier signe clinique.

La démarche diagnostique face à un malade suspect de SEP comporte donc cette recherche de la dissémination spatiale et temporelle, cliniquement d’abord mais aussi par l’intermédiaire des examens paracliniques qui accélèrent la procédure.

L’IRM encéphalique est l’examen de choix pour le diagnostic de SEP. Les lésions sont localisées dans la substance blanche périventriculaire (myéline).

alsacep sclérose en plaque diagnostic

La ponction lombaire permet de mettre en évidence l’inflammation du SNC. Des bandes oligoclonales (marqueur d’une atteinte immunologique) sont observées dans plus de 80% des SEP et chez moins de 15% des sujets sains ou atteints d’autres maladies neurologiques. Cependant, la ponction lombaire peut aussi être normale.

Les potentiels évoqués (PE) sont des potentiels électriques recueillis après une brève stimulation soit visuelle (PEV) soit auditive (PEA) soit sensitive (PES) soit motrice (PEM). Leur atteinte signe une souffrance de la voie étudiée au sein du SNC pouvant permettre de mettre en évidence la dissémination spatiale. En dehors des PEV, qui sont assez souvent systématiquement effectués, les autres PE ne sont réalisés que dans les cas cliniquement compatibles avec le diagnostic de SEP mais avec une IRM normale.

Aucun de ces examens ne constitue un marqueur spécifique de la maladie et leurs perturbations peuvent être retrouvées dans des maladies pouvant simuler la SEP.

DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL

Les maladies inflammatoires systémiques comme la sarcoïdose, la maladie de Behçet, le lupus érythémateux disséminé, la maladie de Gougerot-Sjögren, les artérites cérébrales, les infections à tropisme neurologique; les maladies cérébro-vasculaires à attaques successives peuvent simuler une SEP rémittente.

La recherche d’anomalie à l’examen clinique général, la présence d’un syndrome inflammatoire dans le sang  et l’absence de bandes oligoclonales dans le LCR sont des arguments pour rechercher ces maladies.

 
Evolution - Pronostic
Traitement
Vaccinations
Conclusion

 Journal 6  L'annonce du diagnostic de SEP, un moment clé